5 librairies incontournables à Montréal

Je ne sais pas pour toi, mais moi qui suis fan de la série Gilmore Girls, j’adore l’automne et j’en profite pour dévorer le plus de livres possibles. La température plus froide qui s’installe, les feuilles qui touchent le sol et la lumière d’automne me donnent envie de m’étendre sous la couette et de lire!

J’ai pensé à tous les amoureux des livres et je t’ai contacté un article qui regroupe 5 magnifiques librairies à Montréal!


La Librairie du Square – 3453 rue Saint-Denis

Fondée en 1985 par Françoise Careil, la Librairie du Square a été reprise par Jonathan Caquereau et Eric Simard en 2015. Celle-ci prenant place sur la rue Saint-Denis, non loin de l’UQAM et du cégep du Vieux-Montréal, l’endroit accueille beaucoup d’étudiants et de professeurs durant toute l’année.

Bien sûr, la librairie est fréquentée par les amoureux de la littérature et les gens du quartier. Les employés sont tout aussi passionnés par ce qu’ils font et ça se voit! La Librairie du Square renferme des livres de toutes catégories dont des ouvrages en littérature, poésie, philosophie, et bien plus encore!

En plus, tu pourras faire une commande spéciale si tu cherches un livre en particulier.


La Livrerie – 1376 rue Ontario

Fondée en 2020, la Livrerie est une librairie en coopérative de travail qui est située dans le quartier Centre-Sud à Montréal. L’endroit s’est donné pour mission de créer un lieu chaleureux qui serait un café, une librairie ainsi qu’un espace de rencontres et d’expositions. Ils ont totalement réussi!

Tu pourras te procurer des romans, de la poésie, des essais ou encore des BD! Bien sûr, ils possèdent des livres en tout genre. La Livrerie propose aussi des ouvrages qui ont été sélectionnés pour ainsi offrir un espace de visibilité aux auteurs et autrices!

Quoi de demander de mieux qu’un bon café et des livres à profusion! Je ne sais pas du tout.


Librairie Bertrand – 430 rue Saint-Pierre

Fondée en 1952 à Montréal, la Librairie Bertrand s’est récemment installée dans le Vieux-Montréal et je te confirme que le local est majestueux avec ses murs de pierres et ses poutres au plafond! D’ailleurs, l’endroit est parfait pour flâner et prendre un moment pour feuilleter de bons romans.

Leur équipe de passionnés te fera de superbes recommandations de lecture et tu repartiras certainement avec des ouvrages des plus intéressants. Tu pourras aussi commander des livres spéciaux à ton goût!

La Librairie Bertrand propose des livres neufs en français ou en anglais et dans plusieurs genres littéraires. Tous les amoureux de la lecture seront choyés!


Librairie Limasson – 2850 rue Masson

Située au coeur du quartier et ce, depuis plusieurs années, la Librairie Limasson offre une grand sélection de livres de tout genre. Je me souviens quand j’étais jeune et que j’allais chercher des livres avec mes grands-parents, nous allions toujours faire un tour au Limasson!

Le propriétaire, Claude, est souvent dans les parages pour te donner les meilleurs conseils littéraires. L’endroit propose aussi une grande sélection de cartes de souhaits originales et une belle sélection d’objets à offrir en cadeau!

Tu dois absolument aller jeter un coup d’œil à cet endroit emblématique de la Promenade Masson.


Librairie Gallimard – 3700 Boulevard Saint-Laurent

Fondée en 1989, la Librairie Gallimard s’est installée sur le Boulevard Saint-Laurent, entre la rue Prince-Arthur et l’avenue de Pins. L’endroit te propose des œuvres des écrivains québécois et français ainsi que des textes de la littérature mondiale.

Les rayons poésie, théâtre, philosophie, histoire, littérature et science humaine regroupent une énorme quantité de livres de qualité. D’ailleurs leur site internet est très bien organisé pour te permettre de faire l’expérience de la lecture numérique et du livre numérique.

Bonne lecture!

Évade-toi vers l’inconnu avec ce tout nouveau livre de Benoit Picard

Voyager est sans aucun doute l’une des expériences les plus enrichissantes et stimulantes que l’on puisse vivre sur cette terre. Cela nous permet de découvrir de nouveaux horizons et de s’imprégner, ne serait-ce qu’un moment, d’une culture étrangère ou parfois même quelque peu familière. Que ce soit du côté de la nourriture, de la langue, des divers paysages qui nous entourent, tous semblent être sous le thème de la nouveauté.

Partir à l’étranger est aussi un moment pour faire une introspection sur sa vie et sur soi-même. Ceux-ci sont les thèmes qu’aborde l’auteur Benoit Picard, avec qui j’ai eu le plaisir de m’entretenir à l’occasion de la sortie de son tout premier livre « Aller simple pour l’inconnu ». Un roman de style chick lit qui te procura le sentiment de voyager et cela dans le confort de ton chez toi.  


Aller simple pour l’inconnu raconte l’histoire de Rosalie Bouchard, 29 ans, lassée de son quotidien et de la pression sociale que l’on impose aux femmes, décide de tout quitter pour aller parcourir le monde avec sa meilleure amie Clara. En quête de réponses, de liberté et d’absolue, Rosalie s’embarque dans une aventure remplie de rebondissements, d’imprévus, de bonheurs, d’angoisses et, bien entendu, de nouvelles rencontres, dont Liam…

Bref, un vrai voyage!

Dans le contexte de la pandémie, cet amoureux du voyage et de l’écriture, Benoit Picard, voulait mettre sur papier le sentiment d’être à l’étranger et de le partager à ses lecteurs :

« Pour moi, c’est l’évasion du quotidien et de découvrir des nouvelles choses, des nouvelles cultures, des nouvelles personnes. Voir ce qui se fait ailleurs. C’est vraiment ouvrir les horizons des lecteurs. Et ceux qui ont déjà voyagé, réussir à les faire partir et d’avoir l’impression d’être sur la route. »


Mais Benoit Picard voulait également raconter certaines réalités des voyages, c’est-à-dire les péripéties et les embuches que l’on rencontre tous à l’étranger, qui nous paraissent parfois si dramatiques et angoissants sur le moment, mais qui s’estompent avec le recul. Des histoires qui nous marquent à jamais et qui, avec le temps, nous font apprécier davantage notre expérience à l’étranger. Un côté de la médaille que l’on voit que très rarement chez nos influenceurs ou dans les médias en général, raconté ici avec humour et légèreté.

Et bien qu’Aller simple pour l’inconnu soit quelque peu basé sur ses propres expériences en voyage, Benoit Picard s’est d’abord inspiré des femmes de sa vie afin de construire des personnages féminins, réalistes et humaines : « Rosalie et Clara sont des femmes indépendantes. J’ai beaucoup de femmes fortes autour de moi, ma mère, ma belle-mère, ma conjointe. »

Quoique ce chick lit soit une œuvre dédiée principalement à un public féminin, Benoit Picard admet ne pas avoir choisi ce style délibérément, mais plutôt de s’être laissé guider par l’inspiration et ses personnages.

Et lorsque je lui ai demandé comment il avait trouvé son expérience en tant qu’homme d’écrire avec un point de vue de femme et pour des femmes, celui-ci m’a répondu : « comme Rosalie se cherche, c’est quand même des thèmes universels qui reviennent, que ce soit pour un homme ou pour une femme (…) Rosalie et Clara ont des perceptions pas toujours reluisantes des gars. Et c’est un peu un message aux gars de ma génération. Je trouve ça important qu’il y est des auteurs masculins qui osent en parler pour dire qu’il y a aussi des hommes qui pensent ça. Et j’ai ma conjointe qui l’a lu, qui m’a guidé aussi et j’ai été entouré par une équipe féminine. »


Présenté par la maison d’édition Hurtubise, ce roman est idéal pour tous ceux et celles qui désirent s’évader de sa vie de tous les jours, qui rêve de voyager à travers le monde ou qui est, tout simplement, en quête de soi-même. Aller simple pour l’inconnu est maintenant disponible dans toutes les librairies au Québec.

10 nouveaux livres québécois à découvrir cet hiver

Février et mars, c’est la saison des tempêtes de neige. Et quoi de meilleur à faire lors d’une tempête de neige (pour un adulte qui n’aime pas jouer dans la neige, dans tous les cas) que de lire un bon livre, bien au chaud dans un couverture, en sirotant un bon chocolat chaud? Voici dix nouveautés québécoises que tu peux retrouver à ta librairie de quartier pour occuper ta prochaine tempête (et des liens vers le site Leslibraires.ca, pour te permettre de facilement magasiner chez un libraire indépendant)!

La jeune fille de la paix par Ook Chung

L’écrivain québécois Ook Chung n’avait pas publié de livre depuis plus de dix ans, mais il est de retour depuis le mois de septembre 2021 avec La jeune fille de la paix. Chung, qui est né au Japon de parents coréens et qui a grandi au Québec, explore toutes les différentes facettes de ses origines dans ce nouveau roman mosaïque très personnel


Highlands de Fanie Demeule

L’année 2021 fut chargée pour Fanie Demeule, autrice et responsable éditoriale pour les éditions Tête Première et Hamac : elle a publié trois livres, dont Mukbang et Bagels, mais celui dont on veut te parler aujourd’hui, c’est le petit dernier, Highlands. Parut en septembre 2021, Highlands suit trois femmes différentes qui visitent les Highlands écossaises séparément, mais qui vivront toutes des expériences très étranges. Elles sont témoins d’apparitions et sont visitées par des entités mystérieuses dans ce roman captivant. 


Morel de Maxime Raymond Bock

Morel, c’est l’histoire de Jean-Claude Morel, qui travaille sur les grands chantiers montréalais mais est lui-même expoprié de son quartier, qui est rasé comme de nombreux autres pour faire place à la modernité. Sa petite-fille Catherine est curieuse d’en savoir plus sur son passé et vient retisser les liens moins que serrés de la famille. Raymond Bock s’est librement inspiré de la vie de son père, Pierre Raymond, tout en se quetionnant sur l’histoire de nombreux lieux d’importance à Montréal.


Le vacarme des possibles de Valérie Chevalier

Valérie Chevalier a déjà quatre romans de fiction derrière la ceinture, mais son cinquième livre  se démarque par la forme. À mi-chemin entre la poésie et l’autofiction, avec des illustrations d’Anne-Julie Dudemaine, Le vacarme des possibles explore la vie amoureuse d’une jeune à travers des poèmes et des entrées de journal intime. Chevalier explore la distance physique et géographique en parlant également de la COVID-19, car le livre se déroule en 2019 et 2020.


Révolutions de Nicolas Dickner et Dominique Fortier

L’autrice Dominique Fortier, inspirée par un calendrier républicain crée durant la Révolution française par Philippe-François-Nazaire Fabre et André Thouin, invite l’auteur Nicolas Dickner à se joindre à elle dans une aventure d’écriture qui dura une année entière. À chaque jour, les auteurs devaient écrire sur un nouveau mot qui leur était envoyé au hasard : un vrai défi de rédaction sous contrainte, duquel a émergé, un an et 366 mots plus tard, Révolutions. 


Tiohtiá:ke de Michel Jean

Le titre du huitième roman de Michel Jean, Tiohtiá:ke, est le nom de la ville de Montréal dans la langue autochtone kanien’kéha. Il y explore l’histoire d’Élie Mestenapeo, un homme Innu qui sort de prison après avoir été trouvé coupable du meurtre de son père, un homme violent et alcoolique. Élie n’a nul part où aller, puisque sa communauté l’a banni suite à son crime; il se dirige donc vers Montréal, où il vit dans la rue. Il y rencontre plusieurs autres Autochtones issus de différents peuples, qui habitent les rues de la métropole.


Nauetakuan, un silence pour un bruit de Natasha Kanapé Fontaine

L’artiste Innue Natasha Kanapé Fontaine cumule les talents, et 2021 est une année chargée pour elle : chanteuse, elle sort son premier EP Nui Pimuten, et autrice, elle publie son premier roman,

Nauetakuan, un silence pour un bruit. On y suit les pas de Monica, une Innue coupée de ses racines qui étudie les arts visuels à Montréal. Il s’agit également d’une lettre d’amour dédiée aux descendants des survivants des pensionnats, et une réflexion de l’autrice sur son propre parcours à la recherche de ses racines.


Sauf que Sam est mort de Marianne Brisebois

Dans le premier roman de Marianne Brisebois, Sauf que Sam est mort, Alexandra, Samuel et Jean-Thomas sont heureux comme jamais : les deux premiers en amour par-dessus la tête, les deux gars meilleurs amis, tout se beau monde en colocation. Lorsque Sam décède subitement, Alexandra et Jean-Thomas sont perdus et ont de la difficulté à faire leur deuil. C’est seulement ensemble qu’ils réussiront à passer au travers. 


Petit carnet de solitude de Catherine Gauthier

L’illustratrice Catherine Gauthier publie sa première bande-dessinnée, le charmant Petit carnet de solitude, en septembre 2021. Dans ce carnet, une jeune femme explore une peine d’amour, et sa nature introvertie qui semble se mettre dans le chemin de sa connection avec les autres. Gauthier est une bédéiste de peu de mots, dont les images simples et soignées fessent fort.


Symptômes de Catherine Ocelot

Cinq femmes se réunissent dans un groupe de soutien pour parler de leurs angoisses et leurs passés dans la quatrième bande-dessinée de Catherine Ocelot, Symptômes. La bédéiste explore les liens qui nous unissent, comme des fils qui nous suivent à travers notre vie, et s’interroge sur la solitude. Oh, et les plantes aussi.

Et puis, que vas-tu lire cet hiver?

Ce livre de recettes t’expliquera tout ce que tu dois savoir pour faire un bon livre de recettes

La pandémie et le confinement nous ont privés de notre liberté et cela à bien des égards. Isolé l’un de l’autre, nous avons tous essayé à notre manière de se trouver une routine, un passe-temps ou même une passion, afin de se garder stimulé et de préserver sa santé mentale. Pour beaucoup d’entre nous, ce fut la cuisine et la réalisation de nouvelles recettes qui furent le meilleur remède au quotidien. D’ailleurs, n’avons-nous pas tous tenté, à un moment ou un autre, de réaliser la recette d’un bon pain maison, ne serait-ce qu’une seule fois durant le confinement?

Si certains se sont révélés en eux une réelle passion culinaire, d’autres y ont découvert une ambition. Cependant, comment passer de la passion à la réalisation, de l’ambition à la publication d’un livre de cuisine? Une question intimidante et surtout, bien courante pour tous ceux et celles qui sont tentés par cette aventure éditoriale. Une question à laquelle l’auteure Annik De Celles répond avec franc dans son tout nouveau livre : La recette d’un livre de recettes. Et pour l’occasion, j’ai eu la chance de m’entretenir avec elle.

Dans son livre « La recette d’un livre de recettes », Annik De Celles explique en détails toutes les étapes et les ingrédients nécessaires à la réussite d’un bon livre de cuisine. Que ce soit au niveau de la prise de photos; la rédaction d’une recette claire et concise; bien comprendre un contrat d’édition ou même comment gérer et se préparer à la possible médiatisation de son livre. Vraiment, tout y est. Telle une recette!

Cependant, le livre est d’abord et avant tout un guide qui te permet de trouver ton propre style éditorial, et, surtout, de te distinguer des autres. Comme par exemple : qu’elle est ton angle? À qui t’adresses-tu? Préfères-tu opter pour une autopublication ou une maison d’édition? Si oui, laquelle?  Tous des éléments à prendre en considération si l’on veut réussir à réaliser son projet culinaire. Des choix que Mme De Celles a dû faire pour ses propres livres de recettes à succès: Desserts santés pour dents sucrées (2012), Desserts santés pour dents sucrée Tome II (2013) ainsi que Déjeuners et collations santés… 50 recettes à base de légumes (2015).

Lorsque je lui ai demandé quel avait été son plus grand obstacle durant la réalisation de son premier livre, sa réponse fut : « ma propre ambition ». Sa propre ambition, car à l’époque celle-ci n’avait pas tout à fait réalisé l’ampleur du travail que cela engendrerait et le temps nécessaire pour perfectionner ses propres recettes. Une erreur bien commune pour tous ceux et celles qui débutent dans le domaine. Aujourd’hui, près de dix ans après la sortie de son tout premier livre, Annik De celles est non seulement une auteure accomplie, mais aussi directrice générale de la maison d’édition Septembre Éditeur. Un rôle qui lui permet d’encore mieux conseiller et guider ses lecteurs. D’ailleurs, sa meilleure astuce est certainement « d’avoir un fil conducteur et se mettre une liste de recettes que l’on veut absolument réussir ».

Avec les fêtes de Noël qui approchent sous peu, La recette d’un livre de recettes est un cadeau idéal à offrir à un proche (ou à soi-même) qui serait tenté de vivre l’expérience tout en ayant un coup de pouce. D’autant plus qu’au Québec, suite au confinement, les livres culinaires sont plus populaires que jamais, malgré les diverses plateformes technologiques à notre disposition. Selon Mme De Celles, la raison est simple : « C’est l’objet. C’est l’objet qui nous fait rêver. On aime le feuilleter, on aime les anecdotes (…) des fois c’est un ingrédient. Des fois c’est une culture que l’on veut découvrir au travers de recettes. Au Québec avoir un livre de recettes est quelque chose qui procure beaucoup de bonheurs. »

Incluant une préface signée Madame Labriski, La recette d’un livre de recettes est maintenant disponible dans une librairie près de chez toi pour le prix de 29,95$!

Sources:
Septembre Editeur – Instagram
Septembre Editeur – Site web

Lison: une idée géniale pour les amoureux de la lecture

Le concept de Lison est connu ailleurs au Canada et dans d’autres pays dans le monde, mais la formule est unique au Québec depuis bientôt un an. Lison propose un abonnement qui te permet de recevoir à domicile un livre surprise choisi spécialement pour toi, adapté à tes goûts littéraires, en plus de trois ou quatre produits locaux et artisanaux, gourmands ou réconfortants. Une belle manière d’entretenir ton goût de la lecture tout en encourageant le commerce local de Montréal et d’ailleurs au Québec.


C’est que l’achat québécois est à la base de la création de cette jeune entreprise montréalaise formée de sept amis qui veulent soutenir les librairies indépendantes, les maisons d’édition québécoises et les commerces locaux, le tout dans une démarche écoresponsable qui inclut des matériaux recyclables, la minimisation du plastique dans les boîtes, les envois groupés et même les livraisons à vélo quand la météo et la distance à parcourir le permettent.

Je t’explique comment Lison fonctionne. Dès ton inscription à l’un des forfaits, tu devras remplir un questionnaire sur tes préférences de lecture, tes auteurs favoris, tes livres coup de cœur, etc., et tes réponses aideront l’équipe de conseillers à choisir les livres parfaits pour toi selon l’abonnement que tu as choisi. 

Le contenu des coffrets mensuels change en fonction des profils et des partenaires du moment, mais en général chaque coffret contient un livre personnalisé, un signet, un sachet de tisane, une gourmandise, et une gâterie de commerces locaux et artisanaux. Le service coûte entre 50 $ et 55 $ par mois, livraison incluse, selon que tu prends un abonnement de 3, 6 ou 12 mois.

Lison propose aussi des coffrets thématiques inspirés de l’actualité, des thèmes de saison ou d’un style littéraire en particulier, comme le coffret Littératures autochtones ou le coffret Frisson qui se spécialise dans l’épouvante et la frayeur. Dans les prochaines semaines, un nouveau coffret thématique et unique pour le temps des Fêtes sera ajouté à leur offre.

Si tu travailles dans une entreprise qui veut encourager le commerce local et qui aime faire des cadeaux à ses partenaires et clients ou pour féliciter ou remercier ses employés, propose les coffrets corporatifs à ton boss. Recevoir un bon livre et des gâteries faites par des artisans est un cadeau original et personnalisé qui est assuré de faire plaisir contrairement aux cadeaux classiques qui ratent souvent la cible!

N’hésite pas à les suivre sur Facebook et Instagram.

Sources:
Lison – Site web
Lison – Facebook
Lison – Instagram

Pause lecture et café au Vieux Bouc

Le charme d’une librairie d’occasion est difficile à décrire : l’odeur du vieux papier, les étalages disparates, les heures passées à fouiller les tablettes pour trouver la perle rare… C’est exactement ce genre d’ambiance qu’offre la librairie-café Au Vieux Bouc, sur la Promenade Masson, avec un petit plus : un comptoir café éco-responsable qui offre des breuvages chauds, bien entendu, ainsi que des collations et viennoiseries pour ceux qui voudraient s’attarder un peu plus longtemps.


La boutique du Vieux Bouc est ouverte sur la Promenade Masson depuis maintenant 12 ans! La sélection de livres d’occasion du Vieux Bouc offre une belle variété, et tout le monde peut y trouver son compte : livres pour enfants, bandes-dessinées, poésie, romans en tout genre, et plusieurs sections de non-fiction comme le jardinage, la cuisine, l’art et la spiritualité. Des signets identifiés permettent aussi aux employés de faire des recommandations sur leurs titres préférés. Leur site web met en vedette les nouveaux titres et permet aux clients de consulter l’inventaire, mettre des titres de côté et même commander les livres directement du web, pour recevoir à la maison! 

Pour ce qui est de l’espace café, ce sont les grains équitables et biologiques de Café Rico qui sont offerts pour boire, ainsi qu’en vrac. Le café offre également les thés de Camellia Sinensis, de la nourriture végane par La cuisine de Natalia et les scones de Le monde est scone. La longue table qui occupe le centre de la librairie, ainsi qu’un petit comptoir situé à l’entrée, sont idéaux pour s’installer et profiter d’un bon livre avec une boisson et un petit encas. Pour être au courant de leurs nouveaux arrivages et leurs coups de coeur, en plus de voir quelques-unes des délicieuses options de nourriture, tu peux les suivre sur Facebook et Instagram.

Sources:
Librairie Au Vieux Bouc
Au Vieux Bouc – Facebook
Au Vieux Bouc – Instagram

L’Association des libraires du Québec, bien plus qu’une simple association

L’industrie du livre peut sembler assez simple du premier coup d’œil, mais la réalité est toute autre. Avec les grandes surfaces qui viennent faire compétition aux librairies indépendantes grâce à l’achat en gros et la revente à un prix (trop) compétitif, les libraires peuvent avoir la vie difficile, et ce, même si elles offrent une plus grande sélection de titres, ainsi qu’un service-conseil expert. C’est là que l’Association des libraires du Québec entre en jeu. Cette association, qui a été créée en 1969, existe pour soutenir les libraires professionnellement, que ce soit dans leurs efforts d’informatisation, pour de la médiation entre les différents partenaires d’affaires, ou simplement pour promouvoir la lecture et les librairies indépendantes.


Leur mission est claire : contribuer succès et au développement professionel des librairies et libraires indépendants pour faire rayonner la lecture. L’entraide, l’innovation et la collaboration sont certaines de leurs valeurs fondamentales. À part offrir de la formation et de l’aide à leurs membres, les librairies indépendantes du Québec, que font-ils d’autre? En fait, ils s’impliquent à travers plusieurs projets et initiatives, en plus d’être très actifs sur leurs réseaux sociaux : ils partagent régulièrement des prescriptions littéraires de personnalités ainsi que des capsules vidéos sur leurs comptes.

Une de leurs initiatives dont tu as sûrement déjà entendu parler, c’est le Prix des libraires du Québec. Avec comme mission de promouvoir la lecture et de rendre hommage aux auteurs qui ont marqué les libraires, le Prix des libraires prend place annuellement et récompense six catégories différentes : la bande dessinée, l’essai, la littérature jeunesse, la bande dessinée jeunesse, la poésie et et la catégorie roman-nouvelles-récit. Les libraires du Québec procèdent à un scrutin chaque année pour désigner les gagnants de ce prix prestigieux, qui désigne également un/e libraire pour un prix d’excellence.

Un autre projet assez amusant, que tu as sûrement déjà croisé dans le métro, est Lire vous transporte. Projet qui dure depuis presque 10 ans en association avec plusieurs autres organisations partenaires, Lire vous transporte offre essentiellement une bibliothèque numérique dans laquelle le premier chapitre d’une vaste collection de livres numériques québécois est offert gratuitement. Si la lecture de ce premier chapitre te fait mordre, le site te permet d’acheter la version numérique, de commander la version papier ou t’indique la bibliothèque la plus proche pour pouvoir l’emprunter.

Bref, l’ALQ, c’est vraiment beaucoup plus que seulement des services aux libraires! Pour rester au courant de leurs nombreux projets, et toujours avoir des idées de lectures fraîches, tu peux les suivre sur Facebook, Instagram et même Twitter.

Sources:
Association des libraires du Québec
Association des libraires du Québec – Facebook
Association des libraires du Québec – Instagram
Association des libraires du Québec – Twitter