7 expositions artistiques à aller voir cet automne à Montréal

Comme on le sait très bien, la culture artisitique montréalaise est immensément importante et ne fait que fleurir avec les années. Que ce soit via de nouveaux artistes d’ici qui s’illustrent à l’international comme des artistes d’ailleurs qui décident de venir s’installer ici pour créer de petits bijoux.

L’automne arrive rapidement et c’est donc pourquoi qu’on s’est dit que c’était aussi le moment idéal pour aller découvrir, vivre et expérimenter différentes expositions artistiques un peu partout à Montréal.

En voici donc quelques unes qu’on te recommande fortement et qui sont présentées entre septembre et décembre.


Mika Rottenberg

Présentée au MAC (Musée d’art contemporain) depuis le 21 mai dernier et jusqu’au 10 octobre 2022, l’exposition Mika Rottenberg réunit des oeuvres vidéo, des installations ainsi que des sculptures de l’artiste provenant d’Argentine Mika Rottenberg.

C’est à travers ses 3 installations vidéographiques qu’on y constitue le coeur de l’exposition en compagnie d’objets sculpturaux insolites qui accompagnent ces vidéos. Définitivement quelque chose à voir!


TimeTraveller par Skawennati

Présentée au MAC (Musée d’art contemporain) à partir du 13 octobre prochain et jusqu’au 13 novembre 2022, TimeTravaller est une projection de film réalisée par l’artiste Skawennati entre 2007 et 2013. C’est à travers 9 épisodes qu’on t’offre une relecture postcoloniale de l’histoire des Autochtones de l’Île de la Tortue.

C’est avec un regard critique et une vision prospective de leur présence dans le futur en se servant de la science-fiction que cette oeuvre nous fera sans aucun doute vivre un amalgame d’émotions.


Nicolas Party: L’heure mauve

Présentée au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu’au 16 octobre 2022, l’exposition Nicolas Party: L’heure mauve te présente une méditation sur la nature en y réunissant aquarelles, pastels et sculptures de l’artiste. C’est aussi à travers les différents paysages, portraits et natures mortes présentés que celui-ci illustre les liens complexes et souvent inextricables qui unissent l’être humain à la nature.

Artiste phare de sa génération, Nicolas Party s’unie aussi à l’auteur-compositeur-interprète Pierre Lapointe pour offrir une bande sonore réunissant 14 compositions qui insufflent une dimension auditive à cette exposition immersive.


À plein volume: Basquiat et la nature

Présentée au Musée des beaux-arts de Montréal à partir du 15 octobre prochain et jusqu’au 19 février 2023, À plein volume: Basquiat et la nature est une exposition qui se veut comme un regard novateur sur la carrière artistique et musicale de l’artiste Jean-Michel Basquiat.

La musique fait partie intégrante de l’oeuvre de l’artiste en tant que signe, symbole et son. Puis c’est à travers les instruments de même que les références à l’opéra, au jazz, le rap et bien plus, qu’une centaine d’oeuvres de l’artiste porte un regard approfondi sur sa carrière de musicien et sur les sons qu’il a traduits en peinture et sur les musiciens qui l’ont inspiré.


VAN GOGH – Distorsion

Présentée à OASIS immersion, VAN GOGH – Distorsion est une expérience immersive créée à Montréal. Il s’agit d’une représentation des plus impressionnantes présentée sur l’oeuvre magistrale de Van Gogh, grâce entre autres au génie créatif québécois et à la technologie de haut niveau de l’espace OASIS immersion.

À travers celle-ci, on y offre un parcours lumineux et actualisé parmi 225 tableaux, croquis et esquisses. L’exposition établit un parallèle entre la reconnaissance de l’artiste, la postérité de son oeuvre et l’espoir d’un futur plus harmonieux.


Frida Kahlo, la vie d’une icône

Présentée à l’Arsenal art contemporain depuis le 10 juin dernier et jusqu’au 2 octobre 2022, Frida Kahlo, la vie d’une icône est une biographie immersive qui propose un voyage dans la vie de l’une des artistes les plus influentes de l’histoire.

À travers celle-ci, on se permet d’explorer la biographie de Frida Kahlo au moyen d’un assortiment de photos d’archives, de films originaux, d’environnements numériques, d’installations artistiques, de pièces de collection et de nouvelles compositions qui reconstituent les moments les plus importants de la vie de l’artiste, permettant aux visiteurs de découvrir l’histoire incroyable derrière cette grande artiste de son époque.


Véronique Duplain

Présentée à l’Arsenal art contemporain depuis le 10 juin 2022, Véronique Duplain est une artiste multidisciplinaire qui vit et travaille à Montréal. Dans les dernières années, celle-ci a exploré différentes sphères de la photographie avant de se consacrer entièrement au travail de composition avec #SelfieProject.

Tout au long de l’exposition, l’artiste se met en scène dans des univers narratifs et prend un selfie (autoportrait) par jour durant le mois de février, les photos en question abordent les thèmes de l’éducation, la santé mentale, les finances, la bienveillance et bien plus. S’il y a une chose qu’on peut certainement affirmer, c’est qu’on a le droit au processus créatif en entier de Duplain pour notre bonheur à tous.

Alors dis-nous donc, as-tu déjà vu certaines de ses expos ou prévois-tu aller en voir quelques unes cet automne?

Le World Press Photo débute demain au Marché Bonsecours!

Je vais toujours me souvenir d’une journée de septembre, le temps était frais et j’avais un cours de science politique au Cégep (définitivement pas mon préféré à l’époque). Au programme, nous allions faire la visite du World Press Photo Montréal.

Je vais toujours m’en souvenir, parce que les images que j’ai vues était tout simplement à couper le souffle. Pas seulement à cause de leur beauté visuelle, mais aussi pour le message qu’elles véhiculaient. Si tu n’as pas encore eu la chance d’y assister, c’est ton année! Eh oui, l’Expo World Press Photo Montréal revient cette année au Marché Bonsecours après une absence de deux ans dû à la pandémie et j’en suis si heureuse! Tu as du 31 août au 2 octobre 2022 pour y aller!


Le meilleur du photojournalisme

Cet événement emblématique de la rentrée culturelle montréalaise prend place chaque année dans le Vieux-Port de Montréal. L’histoire derrière le World Press Photo débute en 1955 lorsqu’un groupe de photographes néerlandais décident d’organiser un concours international dans le but d’exposer leur travail au monde entier. Aujourd’hui, la Fondation travaille de leurs bureaux à Amsterdam et elle agit à titre d’organisation à but non-lucratif.

Comme on le sait déjà, le monde dans lequel nous vivons ne cesse de changer. Avec les nouvelles technologies qui ont transformé le journalisme, la mission du World Press Photo s’est élargie pour guider les journalistes visuels et les spectateurs à travers les images qui reflètent notre monde.

« Our purpose is to connect the world to the stories that matter. » – World Press Photo


Ikwewak (Femmes)

Cette année, c’est l’artiste Caroline Monnet qui sera la porte-parole officielle de l’événement. Celle-ci présentera aussi son exposition Ikwewak (Femmes) aux côtés des photographies lauréates du World Press Photo aussi considéré comme les Oscars des photographies de presse.

L’exposition Femmes regroupe des photographies qui mettent en scène des femmes des Premières Nations qui se libèrent du regard européen historique en s’appuyant sur la tradition et en prenant la place qui leur revient dans la société. L’artiste née d’une mère anishinaabe et d’un père français dépeint « la femme indigène dans toute sa splendeur, ses bizarreries, son élégance, sa fierté et son charisme. » Caroline Monnet


Ces images qui valent mille mots

Même si certaines photographies peuvent nous faire ressentir de la tristesse ou de la colère, plusieurs clichés nous donnent de l’espoir envers l’humanité. En attendant le grand jour, voici quelques photographies qui me touchent particulièrement.


Quelques informations pratiques

Les billets sont au coût de :

  • 14,75$ + taxes pour l’admission régulière
  • 12,75$ + taxes pour les étudiants et les aînés
  • Gratuit pour les moins de 12 ans

Ils seront disponibles à l’entrée de l’Expo World Press Photo Montréal au Marché Bonsecours.

Pour plus d’informations, c’est juste ici.

Tout ce que tu peux voir et découvrir au MAC!

C’est en 1964 que le Musée d’art contemporain de Montréal ouvre ses portes. Dès les deux premières années le Musée reçoit des centaines d’œuvres grâce à la générosité des artistes, des collectionneurs, d’associations, de fondateurs et de galeries.

À ce jour, la collection du MAC est composée de près de 8 000 œuvres, elle a donc doublé depuis que le Musée s’est installé au Centre-Ville de Montréal en 1992. Leur collection regroupe le travail, sans exclusion de médium ou de discipline, d’artistes québécois, canadiens et internationaux.

« La collection du Musée d’art contemporain de Montréal constitue un tableau vivant de l’époque actuelle, riche de questionnements et de transformations. »

Si tu aimes l’art et plus particulièrement l’art contemporain, cet article est pour toi. Je te présente les expositions en cours actuellement au MAC et pourquoi tu dois absolument mettre ça sur ta bucket list!


Mika Rottenberg

En ce moment au MAC et ce jusqu’au 10 octobre 2022, tu auras la chance de visiter l’exposition Mika Rottenberg. Cette exposition réunit des œuvres vidéo, des installations et des sculptures de l’artiste Mika Rottenberg. En tout, trois installations vidéographiques (NoNoseKnows (2015), Cosmic Generator (2017) et Spaghetti Blockchain (2019)) seront au cœur de l’exposition au côté d’objets sculpturaux qui résonneront avec les vidéos.

En s’inspirant des écrits de Marx, l’artiste décrit son travail de surréalisme social: c’est-à-dire que la réalité est plus absurde que sa représentation.

Je ne sais pas pour toi, mais mes cours de philosophie remontent à loin… Une chose est certaine, de nos jours, nous vivons dans une société de consommation dans laquelle le travail, l’argent et la surproduction occupent une place importante. Mika Rottenberg crée des rapports entre le corps et les machines pour ainsi scruter les réalités mondiales du capitalisme qui sont dominées par la production, la distribution et la consommation intense d’objets. De plus, elle expose comment nos relations affectives sont de plus en plus monétisées. Pour en savoir plus, c’est juste ici.


Des ateliers de création

Moments créatifs: Du 7 juin 2022 au 5 octobre 2022, tu pourras t’inscrire aux ateliers créatifs de ton choix. Si tu as toujours eu envie de créer et tu n’as jamais osé te lancer, ces activités sont parfaites pour toi!

Plusieurs ateliers sont disponibles sous différents thèmes tels que l’ironie, les réflexions poétiques ou champ libre pour laisser aller ta créativité. Pour te procurer une place, c’est juste ici.

Ateliers de création en ligne: Jusqu’au 20 mars 2022, le MAC propose une série de défis créatifs que tu pourras réaliser avec des choses simples que tu auras à ta disposition à la maison. Tu pourras ensuite partager ta réalisation sur les médias sociaux avec le hashtag #MACOMMUNAUTÉ!


À venir au MAC

L’exposition Nelson Henricks prendra place au Musée d’art contemporain de Montréal du 17 novembre 2022 au 10 avril 2022.

L’artiste montréalais accumule plus de 30 années de production artistique. Celui-ci produit des oeuvres immersives qui mettent en valeur la rythmique du montage visuel et sonore pour créer une dynamique musicale unique et ce en abordant différents sujets de l’histoire de l’art.

Lors de cette exposition, tu auras la chance d’admirer deux œuvres inédites qui ont été produites en primeur pour l’occasion. Alors, tu sais quoi faire, mets ça à ton agenda!

Le Salon des Artistes arrive au Marché Bonsecours ce week-end et tu ne veux pas manquer ça!

Je ne sais pas si tu te souviens, mais il n’y a pas si longtemps, nous avons écrit un article sur la superbe Galerie Lenoir, située dans le Vieux Montréal, qui se donne comme mission de venir supporter le talent d’ici.

Le Salon des Artistes

Et bien celle-ci est arrivée avec l’idée de créer Le Salon des Artistes, prenant place du 21 au 24 juillet prochain à Montréal. En effet, c’est dans l’esprit de ceux de la fin du XIXème siècle et du début XXème siècle où les peintres confirmées se mêlaient à ceux plus émergents, où les codes tombaient les uns après les autres et où l’avant-garde pouvait trouver une vitrine que ce merveilleux événement prend forme au Marché Bonsecours pour notre plus grand bonheur à tous.


Réunir les artistes

D’ailleurs, le tout se déroulera avec comme objectif de réunir des artistes de tous horizons, aux styles et aux techniques variées pour te présenter tout un spectacle. Mais le but de celui-ci et de la créatrice Christine Lenoir est avant tout de permettre aux artistes de se faire connaître, de pouvoir élargir leur réseau, de grandir et ainsi enrichir leur démarche artistique au contact des visiteurs et des autres artistes.

C’est plus de quarante artistes qui participeront à cette première édition sur laquelle ceux-ci travaillent depuis 2019, il va donc de soi que cet événement se doit de rencontrer le succès qu’il mérite. Dans les autres aspects importants à mentionner, le Jury sur place récompensera un artiste qui se sera démarqué par sa créativité, sa démarche et son implication.


À ne pas manquer

Finalement, on ne peut que t’inciter à aller les voir les vendredi 22 juillet et samedi 23 juillet prochains entre 12h et 20h ou bien le 24 juillet entre 11h et 17h au Marché Bonsecours pour célébrer l’art d’ici et profiter pleinement du talent de nos artistes locaux! Psst! Il nous fait aussi grandement plaisir d’être partenaire officiel de ce bel événement entouré de grands noms tels que DeSerres, La Création et le Marché Bonsecours.

Alors, on se voit là-bas?

Cette nouvelle exposition sur l’artiste Nick Cave est tout simplement renversante

L’art immersif est actuellement en vogue à Montréal, et cela depuis quelques années maintenant. En effet, que ce soit sur Monet, Van Gogh ou sur la célèbre peintre Frida Kahlo qui est présentement à l’affiche, ces expositions s’enchaînent l’une après l’autre à travers notre métropole. Cette popularité auprès du public est loin d’être étonnante, puisque ces biographies immersives nous permettent de plonger dans l’univers de l’artiste en question et de s’imprégner totalement de leurs œuvres ainsi que de leurs vécus.

Bien plus qu’une simple galerie, ces expositions deviennent de réelles expériences pour tous ceux et celles qui ont le plaisir de les découvrir. Il y a quelques jours, j’ai eu l’opportunité d’aller voir Stranger than Kindness, une superbe exposition sur l’artiste, Nick Cave. Une grande première en Amérique du Nord et qui en vaut certainement le détour!


Nick Cave est un chanteur-compositeur et écrivain, principalement connu pour son groupe Nick Cave and the Bad Seeds ainsi que pour leur chanson culte Red Right Hand, que tu as peut-être entendue dans la série britannique Peaky Blinders ou même dans les films à succès, Scream. Cependant, Nick Cave est bien plus que cela et c’est exactement ce dont Stranger than Kindness nous fait découvrir. De son enfance dans les années 60 à aujourd’hui, cette exposition des plus authentiques retrace la trajectoire incroyable de cet artiste d’origine australienne.

Réalisée en étroite collaboration avec Nick Cave, cette exposition est constituée de diverses pièces, chacune plus particulière les unes que les autres. Certaines sont des reconstitutions exactes de son intimité, comme son atelier de travail par exemple, où on y retrouve des objets personnels incluant des lettres, des textes, des œuvres d’art, des livres ainsi que des objets de valeur. Toujours accompagné d’une trame sonore entrecoupée de voix et de son particulier, et cela d’une pièce à l’autre, l’exposition crée une atmosphère singulière restant fidèle à son sujet.


Cette exposition sur cet interprète à la voix grave et envoûtante rend également hommage aux quelques artistes qui ont marqué la vie du chanteur et son art, dont notre propre légende locale, Leonard Cohen. Mais plus que tout, Stranger than Kindness nous propose une facette plus humaine et intime de cette icône culturelle, incluant sa famille, ses amis, ses amours de jeunesse, son épouse et ses enfants, mais tout en préservant une certaine pudeur.

Stranger Than Kindness se déroule présentement à la Galerie du Festival du Moment situé en plein cœur du quartier des spectacles, et cela jusqu’au 7 août 2022. Alors ne manque surtout pas ta chance de découvrir cet artiste captivant et unique en son genre. 

Ce parcours te fera découvrir les plus belles galeries d’art contemporain à Montréal

Dès jeudi, tu auras la chance de participer à Galeries Weekend Montréal! Et oui, l’Association des galeries d’art contemporain ouvre ses portes aux visiteurs et t’offre plusieurs activités du 16 au 19 juin 2022. Pour la deuxième fois, Galeries Weekend Montréal te propose de magnifiques expositions, des rencontres avec les galeristes, les artistes et tous ces acteurs du monde de l’art.

L’événement est composé de quatre parcours qui sont les suivants : Centre-ville, Plateau/Mile End, Rosemont/Petite-Italie et Vieux/Sud-Ouest. Chaque parcours te montrera le chemin vers certaines galeries et te permettra de découvrir des œuvres artistiques, tout en déambulant dans ton quartier préféré.


Un événement d’envergure internationale

Gallery Weekend est aussi présenté dans plusieurs grandes villes dans le monde entier : Berlin, Paris, Londres, Chicago, Mexico et plus encore!

Cet événement culturel s’adresse autant aux amateurs d’art qui désirent assister à des rencontres uniques avec des spécialistes du monde de l’art qu’aux montréalais qui souhaitent en apprendre davantage sur l’art contemporain.


Les galeries mises à l’honneur

Parmi les nombreuses galeries qui participeront au Galeries Weekend Montréal cette année, je vous en présente quelques-unes.

Centre-ville – ELLEPHANT

Située en plein cœur du Quartier des spectacles, la Galerie ELLEPHANT met en place des rencontres entre les arts analogiques, numériques, vidéo, cinétiques et robotiques, DIY, textiles, immersifs et interactifs, etc.

Certains artistes exposés à la galerie sont aussi présents à l’international et dans les collections de nos musées québécois tel que le Musée d’art contemporain de Montréal.


Plateau/Mile End – Galerie Simon Blais

En place depuis 1989, la Galerie Simon Blais représente autant d’artistes émergents que d’artistes déjà établis. Même si à son ouverture, la galerie se spécialisait en œuvre sur papier et estampes abstraites contemporaines, on y retrouve aujourd’hui des techniques artistiques variées : peinture, dessin, sculpture, estampe et photographie.

Une de leurs spécialités est aussi la peinture et la sculpture historique. D’ailleurs, des artistes tels que Riopelle ou Ferron sont régulièrement exposés sur leurs murs.


Rosement/Petite-Italie – Art Mûr

La Galerie Art Mûr, située sur la rue Saint-Hubert, représente une trentaine d’artistes qui sont aussi présents dans les collections muséales. Ceux-ci pratiquent des médiums tels que la peinture, la sculpture, la photographie, les nouveaux médias et la performance.

Art Mûr se présente comme la seule galerie d’art contemporain commerciale québécoise à compter autant d’artistes québécois que d’artistes provenant du reste du Canada. De plus, celle-ci représente autant d’artistes femmes que d’artistes hommes.


Vieux/Sud-Ouest – Galerie Nicolas Robert

Inaugurée en 2011, la Galerie Nicolas Robert est situé à la limite du Vieux-Montréal et de Griffintown. Celle-ci présente des artistes canadiens et internationaux qui travaillent la peinture, la photographie, le dessin, la sculpture et l’installation.

La Galerie Nicolas Robert offre un programme innovant d’expositions individuelles et collectives qui sont orientées autour du concept de processus et de pureté esthétique formelle.

Pour connaître la programmation complète de Galeries Weekend Montréal, c’est juste ici.

Sources:
Galeries Weekend Montréal – Site Web
ELLEPHANT – Site Web
Galerie Simon Blais – Site Web
Art Mûr – Site Web
Galerie Nicolas Robert – Site Web

Montréal à travers le temps

Si tu ne le savais pas déjà, je t’annonce qu’aujourd’hui est la Journée mondiale des archives. Étant passionnée par tout ce qui est vieux et poussiéreux, c’est un sujet qui m’intéresse plus particulièrement. J’ai fait mes études en histoire de l’art et ça m’a permis de toucher et de consulter une tonne de documents anciens. À chaque fois, je ressens un sentiment unique, comme si j’étais replongée dans le temps. Ça, c’est le pouvoir des archives!

Les archives jouent un rôle très important dans l’étude du passé, d’une population ou d’un patrimoine. En plus d’être une source historique, ces documents permettent de comprendre l’identité d’un individu ou d’un organisme. « Les archives, miroir de la société, mémoire de l’humanité ».  Carol Couture, 1995.


Les nouvelles technologies nous permettent maintenant d’avoir accès à toute sorte d’archives sur notre belle métropole : des images à haute définition et des décors qu’on connaît mais qui ne sont plus du tout ainsi.  C’est pourquoi aujourd’hui j’ai décidé de fouiller dans les Archives de Montréal pour tenter de retracer des endroits mythiques et d’en savoir plus sur l’histoire entourant ces lieux.

L’île-Sainte-Hélène

Tu connais sûrement le passé glorieux de l’Île-Sainte-Hélène qui a accueilli l’Expo 67, cet événement qui a occupé une place majeur dans la collectivité montréalaise. Mais ce n’est pas tout, l’île a plusieurs histoires à te raconter.

En 1611, l’île montréalaise a été baptisée ainsi par Samuel de Champlain en l’honneur de sa femme Hélène Boullé. Par la suite, à la fin du 17e siècle, le territoire fait partie de la seigneurie de Longueuil. C’est d’ailleurs à cette époque que Charles Le Moyne y fait construire un manoir et un moulin. En 1818, les Britanniques prennent possession de l’Île-Sainte-Hélène et commencent à y construire des installations militaires pour se protéger des invasions par les Américains. Le 20 mai 1976, un incendie causé par des travaux de soudure s’attaque à la Biosphère et il ne reste plus grand chose. Elle pourra enfin réouvrir 15 ans plus tard!

Aujourd’hui, la Biosphère de Montréal est devenue un musée de l’environnement qui proposent des expositions qui « permettent aux visiteurs d’explorer différentes questions liées aux écosystèmes et à la durabilité. »


C’est quand même fou de voir comme une simple photographie peut en dire long sur une génération.

Par exemple, ces dames qui se font brûler la couenne au Mont-Royal avec rien de moins qu’un réflecteur d’aluminium! Pratique qui était très répandue à l’époque. À ne pas reproduire, on va prioriser la crème solaire. Je me demande si elles ont fini avec un coup de soleil ?


Le Métro de Montréal

En octobre 1966, c’est l’inauguration des 20 premières stations du métro de Montréal. Depuis, la Société des transports de Montréal s’est transformée pour desservir un territoire plus large et offrir finalement des trains avec une alimentation 100% hydroélectrique.

Les photos d’archives nous permettent de voir cette évolution au fils du temps. Et aujourd’hui, on dirait presque qu’on voyage dans le futur!


La mode montréalaise

Une des choses que j’aime bien observer dans le temps, c’est la mode. Quand on s’attarde à ce que les gens portent, on se rend compte que la mode et les styles reviennent et effectuent un cycle.

Le style des années 1970 est personnellement mon préféré. Les fleurs, les pantalons à pattes d’éléphants, les lunettes jaune fluo, ça me parle! D’ailleurs, j’aimerais bien avoir le même ensemble que cette dame sur cette photo prise au Mont-Royal en 1953.


Je crois qu’il est important de souligner l’importance que ces documents ont sur notre société actuelle et future. Chaque génération doit se pencher vers le passé pour mieux comprendre son présent. Sur ce, je te souhaite une bonne Journée mondiale des archives!

Sources:
Archives de Montréal- Site web
Ville de Montréal – Conseil du patrimoine – Site web
Société de transport de Montréal – Site web

Viens nourrir ton cœur et ton âme à cette expo renversante de l’Arsenal Art Contemporain

Symbole du féminisme. Force brute. Porte-étendard du nationalisme mexicain. Peintre autodidacte. Frida Kahlo est encore aujourd’hui, l’ensemble de ces qualificatifs et bien plus. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Frida Kahlo Corporation a mis sur pieds une exposition biographique immersive pour célébrer la grande artiste. Tu auras la chance de pouvoir plonger dans son univers à l’Arsenal – Art Contemporain dès le 10 juin!


Tu pourrais croire, à première vue, qu’il s’agit d’une exposition immersive comme les autres, mais pas du tout! Oui, une portion de l’exposition te transporte, de la tête aux pieds, dans l’imaginaire coloré de cette femme créatrice au fort caractère. En fait, tu pourras te déplacer à travers sept espaces transformationnels offrant des projections à 360 degrés, en plus de vivre une expérience en réalité virtuelle.

« La biographie immersive de Frida Kahlo est présentée sans reproduction des œuvres de l’artiste, dans le but de plonger plus avant dans les nouveaux langages immersifs. Cette proposition innovatrice explore la biographie de l’artiste au moyen d’un assortiment de photos d’archives, de films originaux, d’environnements numériques, d’installations artistiques, de pièces de collection et de nouvelles pièces musicales qui reconstituent les moments les plus importants de la vie de l’artiste, permettant ainsi aux visiteurs de découvrir l’histoire incroyable à la source du mythe »


De plus, lors de l’achat de ton billet, l’Arsenal t’offre également l’accès à l’exposition Jardins intérieurs, les nouvelles acquisitions de la Collection Majudia. C’est une exposition qui vient chercher son inspiration dans le confinement que nous avons tous vécu, ces dernières années, et qui nous a contraint à explorer l’intérieur de nous-mêmes.

Cette exposition présente 23 artistes canadiens et te transportera dans un lieu intime et axé sur l’introspection. Tu peux donc te présenter une trentaine de minutes avant ton immersion dans la biographie de Frida Kahlo pour te déposer, en douceur, dans les jardins.


Finalement, il est important de savoir que les billets pour l’exposition sur Frida Kahlo sont en vente uniquement en ligne. De plus, c’est ta seule chance de la voir puisque Montréal est la seule ville canadienne qui accueillera ce portrait immersif de la grande artiste!

Une petite fringale après la visite? Profite du beau temps et des délicieux tartares du Restaurant Krood, non loin de là!

Cette nouvelle installation holographique au centre-ville de Montréal est tout-à-fait sublime

L’Art à Montréal, c’est quelque chose d’assez puissant et grandement présent, depuis toujours et pendant encore longtemps, on l’espère. Suite à notre article récent sur 5 oeuvres extérieures à voir à Montréal, on s’est dit qu’une de plus ne pouvait certainement pas faire tort. Le Jardin holographique, de l’autre côté de l’écran, c’est une installation initiée par Multicolore et sa division Matane Productions, le Collectif Escargo, la Chambre de Commerce du Montréal métropolitain ainsi que le Gouvernement du Québec dans le cadre de l’initiative « J’aime travailler au centre-ville. »


Si l’on se penche un peu plus sur l’installation, on apprend que cet oasis de détente prend la forme d’un pavillon ouvert trônant au milieu d’un jardin urbain. Réalisé en collaboration avec le regroupement d’artistes Collectif Escargo, le pavillon est composé de matières miroitantes aux effets holographiques ainsi qu’un grand geste végétal fait à partir de plantes aériennes vient compléter le tout. L’espace vise à inspirer les travailleurs montréalais d’intégrer l’art et la nature dans leur quotidien au centre même du quartier des affaires.


Au fond, le jardin holographique a été mis en place afin d’agrémenter le retour au bureau des travailleurs du centre-ville et de redonner cette abondance d’effervescence et de créativité à cet endroit déjà débordant d’idées et de possibilités. Elle invite les travailleurs du centre-ville à se détendre, à se ressourcer et à faire le plein de créativité sur l’heure du midi, lors d’une pause ou entre deux réunions.

Finalement, l’installation est visible depuis le 7 mars dernier et le sera encore jusqu’au 3 juin prochain dans la Tour CIBC au centre-ville de Montréal, au 1155 boulevard René-Lévesque Ouest plus précisément, tout près de la station de métro Bonaventure.

5 œuvres extérieures à admirer lors de ta prochaine promenade à Montréal

Pourquoi on aime tant Montréal? Mis à part ses cônes orange et ses panneaux indiquant « rue barrée », qu’est-ce qui fait le charme de cette ville si unique? Même si sa diversité et son ouverture d’esprit la démarque des autres villes, c’est surtout sa vitalité culturelle qui la fait rayonner ainsi.

S’il y a bien une chose que j’adore, c’est faire de longues promenades dans les rues de Montréal, un café à la main et les yeux grands ouverts. Grands ouverts parce que je dois absolument TOUT regarder pour ne rien manquer. Les rues de Montréal sont remplies d’œuvres d’art! Les murs de briques sont couverts de graffitis flamboyants et les parcs servent de foyer pour des sculptures.

Si tu es comme moi et que tu adores l’art, et bien tu n’as même plus besoin de te déplacer dans une galerie ou un musée, tu peux simplement prendre l’air frais en déambulant dans ton quartier préféré pour admirer des œuvres magnifiques!


Art public Montréal

Le projet Art public Montréal, c’est une initiative de la Ville de Montréal en collaboration avec Tourisme Montréal et le Ministère de la Culture et des Communications. Ce projet participe à faire de Montréal une destination internationale en art public. Art public Montréal regroupe plus de 1000 œuvres réalisées par près de 500 artistes québécois et internationaux. Ses œuvres peuvent être contemplées dans les quatre coins de l’île. Tu n’as donc plus d’excuses pour ne pas devenir un vrai connaisseur en art public, n’est-ce pas?

En plus, Art public Montréal te propose plusieurs parcours pour découvrir des œuvres d’art public. Pour les consulter, c’est juste ici.

En attendant, je te propose 5 œuvres d’art que tu pourras admirer tout en promenant ton chien ou en profitant du soleil.


Nikki Küntzle – Sans Titre (2019)

C’est sur la rue Saint-Urbain, près de l’avenue des Pins, que tu peux observer cette œuvre majestueuse. Nikki Küntzle est une artiste multidisciplinaire qui réalise des œuvres de grand format, de l’art public ainsi que des murales.

« Elle cherche à créer une connexion avec le spectateur en faisant dialoguer ses propres expériences humaines afin de refléter un sentiment collectif. »

C’est pour l’occasion du Festival Mural que l’artiste a créé cette œuvre. Les fleurs qui fleurissent dans l’esprit des personnages représentent les différentes matières scolaires et les idées qui en émanent. Küntzle représente la diversité et le lien entre les différentes populations étudiantes.

Cette œuvre n’est pas juste colorée et joyeuse, elle fait réfléchir aux liens qui se forment durant notre parcours scolaire.


Michel de Broin – Révolutions (2003)

Prenant place dans l’arrondissement Ville-Marie, l’œuvre Révolutions de l’artiste interdisciplinaire Michel de Broin en vaut absolument le détour. L’artiste fait référence aux typiques escaliers extérieurs montréalais et même directement à ton manège préféré de la Ronde.

La sculpture faite d’aluminium rappelle les structures de métal du fameux pont Jacques-Cartier qui est situé juste à côté.

Mais j’entends déjà ta question, pourquoi « révolutions »? Eh bien, l’artiste utilise souvent la métaphore dans son processus artistique.

« L’escalier fait penser à ce qui revient sans se répéter, transformé dans son cycle. Chacun peut se projeter dans cet espace courbe et entrer dans le jeu des révolutions ». – Michel de Broin, (2003)

Personnellement, j’adore cette œuvre parce qu’elle me permet de me perdre lorsque je la contemple. Dès que mes yeux se posent sur l’installation, je suis comme transportée dans un tourbillon…


AShop (« À la shop ») – Réalisée par Ankh One et Dodo Ose – CHAT DE RUELLE – (2015)

AShop est un collectif d’artistes qui se spécialisent en art urbain, création de murales et projets artistiques grandioses. Ce qui est magnifique avec AShop, c’est qu’il est totalement géré par les artistes eux-même. C’est-à-dire qu’ils s’occupent de la direction artistique, de la production d’œuvres ainsi que de la gestion de projets.

En plus de créer des œuvres superbes qui s’intègrent entièrement dans leur environnement, le collectif est très impliqué dans la communauté artistique montréalaise. Il offre des opportunités de contrats et des espaces de travail aux jeunes artistes.

CHAT DE RUELLE se trouve sur la rue Sainte-Catherine Ouest, près de la rue Pierce. Tu l’as bien deviné, cette œuvre représente un personnage très important et présent dans nos rues montréalaises : le chat. Ce sont les aventures du chat de ruelle dans le centre-ville de Montréal. Même si parfois nos ruelles peuvent paraître ternes et moins accueillantes, il y a quand même de la vie et nos chats de ruelle en sont bien la preuve!


DENIAL – Sans titre (2019)

Prenant place dans le Plateau-Mont-Royal sur la rue Saint-Laurent, l’oeuvre de l’artiste DENIAL ne passe pas inaperçue. C’est en s’inspirant du mouvement Black lives matter que l’artiste Daniel Joseph Bombardier a créé cette magnifique murale. En haut à gauche de l’oeuvre, on peut lire « sorry is not enough… ».

L’artiste canadien pop/mural critique la politique contemporaine, le capitalisme, le consumérisme et la condition humaine en utilisant son alter ego : DENIAL.

Les oeuvres de DENIAL agissent un peu en tant que miroir devant celui qui les regarde. L’artiste défit les masses de consommateurs en « utilisant une expression artistique comique, de l’esprit et en provoquant des images dans un esthétique unique et inoubliable. »

Créée à l’occasion du Festival Mural, Sans titre me fait beaucoup penser aux oeuvres du célèbre représentant du pop art : Andy Warhol.


Insane 51 – Sans titre (2019)

Insane 51 est un artiste grec qui se spécialise dans la création de murales. Ayant commencé en 2007, il est maintenant reconnu comme l’un des premiers artistes de l’art 3D qu’il qualifie de « Double Exposure 3D ». Ces oeuvres sont constituées de 3 couches : une rouge, une bleu et une des deux couleurs. Selon la lumière, le spectateur pourra observer une différente figure.

Si tu n’en as pas déjà, tu dois absolument te procurer des lunettes 3D pour vivre l’expérience à 100 %. Insane 51 est maître dans l’art de créer différentes illusions d’optique.

C’est justement sa participation à MURAL en 2019 qui marque sa première visite au Canada. Et on espère que ce ne sera pas la dernière. L’oeuvre est située sur la rue Rivard dans le Plateau-Mont-Royal et elle a vraiment quelque chose d’unique. Je ne sais pas pour toi, mais moi je prendrais plusieurs oeuvres de l’artiste sur les murs extérieurs de mon appartement.

Et toi, quelles sont tes oeuvres d’art extérieures préférées à Montréal et dans quel coin peut-on les retrouver?